Presidenza della Repubblica

menu di navigazione

percorso:  Presidenti /  Giorgio Napolitano /  discorso primo mandato

DISCORSO - PRIMO MANDATO

Toast du le Secrétaire Général du Nations Unies, Ban Ki-monn à l'occasion du Dîner offert par son excellence Giorgio Napolitano, Président de la République Italienne


Palazzo del Quirinale, 02/06/2011

Monsieur le Président Giorgio Napolitano,
Madame Napolitano,
Monsieur le Premier Ministre Silvio Berlusconi,
Chefs d'État et de Gouvernement,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Buona Sera [" Bonsoir "],

Permettez-moi, Monsieur le Président Napolitano, de Vous remercier de Votre aimable invitation et de l'honneur que Vous m'avez réservé en me permettant d'intervenir ici ce soir.

À la vue de ce remarquable palais, encore une fois nous sommes impressionnés par l'art, par la culture et par ce charme typiquement italien.

Nous sommes en illustre compagnie. Des leaders du monde entier sont ici réunis pour célébrer cet anniversaire important. Et leur présence en dit long sur notre héritage commun et sur notre avenir commun.

Le grand Giuseppe Garibaldi avait plaidé en faveur de la liberté pour contrer tout genre d'oppression. Alors qu'il est connu surtout pour avoir proclamé " l'Italie aux Italiens ! ", il était également engagé en faveur de la paix entre toutes les nations, contre la guerre et pour le règlement pacifique des litiges. Ses propos et ses actions lors de la création de l'Italie moderne résonnent aujourd'hui aux Nations Unies et partout où l'homme est en quête de la dignité et des droits démocratiques.

Monsieur le Président,

J'ai été impressionné par le discours que vous avez prononcé il y a deux mois à l'Assemblée générale des Nations Unies.

Vous avez su tirer la leçon des vents de liberté, de dignité humaine et de justice sociale qui soufflent dans le monde.

Vous avez affirmé qu'en cette époque de changements il nous faut faire respecter les droits humains, renforcer l'état de droit et renouveler notre engagement en faveur d'un système multilatéral de relations internationales.

Bref, vous avez dit: " Nous avons besoin des Nations Unies ".

Inutile de dire que je partage pleinement votre avis. J'apprécie Votre appel - et Votre soutien.

L'Italie est un partenaire extraordinaire pour les Nations Unies.

L'Italie est aux premières places dans la lutte contre la faim dans le monde. Vous n'êtes pas sans savoir que les trois principales organisations des Nations Unies consacrées à l'alimentation - l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture, le Fonds international de développement agricole et le Programme alimentaire mondial - ont leur siège à Rome.

Se réunissant lors du Sommet du G-8 il y a deux ans à L'Aquila, les leaders du monde ont pris des mesures audacieuses pour libérer l'humanité des fléaux de la faim et de la pauvreté.

L'Italie est un champion inébranlable des droits humains. Elle a promu le moratoire contre la peine de mort, et récemment elle a été élue au Conseil des droits de l'homme.

Un tel engagement trouve ses origines dans la Renaissance italienne, cette époque de foisonnement extraordinaire de liberté et de triomphes artistiques, scientifiques et culturels.

C'est à Rome qu'a vu le jour le premier tribunal permanent contre les crimes de guerre, les génocides et les crimes contre l'humanité : la Cour pénale internationale.

L'Italie a mené les efforts pour réformer le Conseil de sécurité des Nations Unies afin de promouvoir l'inclusion et la démocratie.

Elle contribue énormément aussi à nos efforts visant à promouvoir la paix et la sécurité.

Deux mille Italiens servent le drapeau bleu des forces des Nations Unies pour le maintien de la paix dans le cadre de missions dangereuses. Notre base à Brindisi est une plate-forme logistique pour nos opérations à l'échelle globale.

La semaine dernière, un véhicule italien des forces de paix des Nations Unies a été attaqué dans le sud du Liban.

Six soldats italiens ont été blessés. Nous prions pour qu'ils se rétablissent au plus vite. Nous adressons les marques de notre plus grande compassion et sympathie à leurs familles - et manifestons à ces soldats notre profonde gratitude pour leurs services et leurs sacrifices.

Excellences,

Alors que nous célébrons ce 150e anniversaire de l'unification italienne, soulignons le chemin que nous avons jusqu'ici parcouru. Mais tournons-nous aussi vers l'avenir et envisageons le futur du monde et surtout ce qu'il nous faut accomplir pour nous préparer à un avenir fait de défis mondiaux croissants et d'interconnexions de plus en plus étroites.

Nous sommes confrontés a ce que j'appelle le défi " 50-50-50 ". En 2050, la population mondiale comptera 9 milliards de personnes, soit une augmentation de 50 pour cent par rapport à la dernière décennie. À cet horizon, le monde se devra de réduire ses émissions globales de gaz à effet de serre de 50 pour cent.

Pour relever ce défi, et bien d'autres encore auxquels nous sommes confrontés, c'est dans l'unité que nous pourrons puiser notre force et notre détermination.

En soutenant la démocratie. En faisant progresser les droits humains. En subvenant aux besoins alimentaires des affamés. En protégeant les personnes contre les menaces liées à la sécurité et à la pauvreté. En assurant la durabilité environnementale de la seule planète que nous avons.

Tout ceci passe par la solidarité internationale.

Aussi, portons un toast à cet idéal - et à l'Italie qui est née au nom de cette cause et ne cesse d'en être un grand champion. Viva l'Italia !

Grazie mille !