Presidenza della Repubblica

menu di navigazione

percorso: Presidenti /  Giorgio Napolitano /  français / le Président

LE PRÉSIDENT

Giorgio Napolitano

primo piano Presidente Giorgio NapolitanoGiorgio Napolitano est né à Naples le 29 juin 1925. Il est marié avec Clio Bittoni dont il a eu deux enfants, Giovanni et Giulio.

Diplômé de la Faculté de Droit de l’Université de Naples. En décembre 1947, il obtient sa licence avec une thèse d’économie politique. En 1945-1946, il participe activement au mouvement des Conseils des Etudiants de Faculté et il est délégué au 1er Congrès national universitaire.

Dès 1942, à Naples, après son inscription à l’Université, il rejoint un groupe de jeunes antifascistes et il adhère, en 1945, au Parti Communiste Italien dont il sera militant, puis dirigeant, jusqu’à la constitution du Parti Démocratique de la Gauche.

De l’automne 1946 au printemps 1948, il est membre du Secrétariat du Centre Economique Italien pour l’Italie du Sud, présidé par le sénateur Paratore. Dès sa création, en décembre 1947, pendant plus de 10 ans, il participe activement al Movimento per la Rinascita del Mezzogiorno (Mouvement pour la Renaissance de l’Italie du Sud).

Elu pour la première fois à la Chambre des députés en 1953, il en fera partie jusqu’en 1996 – sauf durant la IVe législature – et sera toujours réélu dans la circonscription de Naples.

C’est au sein de la Commission Budget et Participations Publiques qu’il exerce ses premières activités parlementaires, en se consacrant – particulièrement dans les débats en Assemblée – aux questions liées au développement de l’Italie du Sud et aux grands thèmes de la politique économique nationale.

Au cours de la VIIIe (à partir de 1981) et de la IXe (jusqu’en 1986) législature, il a été Président du Groupe des députés communistes.

Dans les années 80, il se consacre en particulier aux questions de politique internationale et européenne, tant au sein de la Commission des Affaires Etrangères de la Chambre des députés qu’en tant que membre (1984 – 1992 et 1994 – 1996) de la délégation italienne à l’Assemblée de l’Atlantique Nord ainsi qu’à travers de multiples initiatives de nature politique et culturelle. Dès les années 70, il a exercé une intense activité de conférencier à l’étranger, auprès de plusieurs instituts de politique internationale en Grande-Bretagne et en Allemagne, et auprès de nombreuses Universités des Etats-Unis (Harvard, Princeton, Yale, Chicago, Berkeley, SAIS et CSIS de Washington).

Membre du Parlement européen de 1989 à 1992.

Le 3 juin 1992, durant la XIe législature, il est élu Président de la Chambre des députés où il exerce ces fonctions jusqu’à la fin de la législature, en avril 1994.

Membre de la Commission des affaires étrangères durant la XIIe législature, il est nommé Président de la Commission spéciale pour le réaménagement du secteur audiovisuel italien.

De mai 1996 à octobre 1998, alors qu’il n’est plus membre du Parlement, il est Ministre de l’Intérieur et chargé de la coordination de la protection civile du Gouvernement Prodi.

De 1995 à 2006, Président du Conseil Italien du Mouvement européen.

Réélu député européen en 1999, il a été, jusqu’en 2004, Président de la Commission des Affaires constitutionnelles du Parlement européen.

En 2003, le Président de la Chambre des députés, Pier Ferdinand Casini, le nomme Président de la Fondation de la Chambre.

Le 23 septembre 2005, il est nommé sénateur à vie par le Président de la République Carlo Azeglio Ciampi.

Le 10 mai 2006, il est élu Président de la République avec 543 voix. Il prête serment le 15 mai 2006.

Son dévouement à la cause de la démocratie parlementaire et sa contribution au rapprochement entre la gauche italienne et le socialisme européen lui ont valu l’attribution - en 1997 à Hanovre – du prix international Leibniz-Ring au titre de l’engagement «de toute une vie». Il a en outre remporté, dans le domaine de la «marche vers la démocratie», le prix Dan David qui lui a été décerné en 2010 à Tel-Aviv pour son apport au renforcement des valeurs et des institutions démocratiques en Italie et en Europe.

Il s’est vu décerner plusieurs distinctions académiques honoris causa: il a été nommé Professeur Honoraire de l’Université des Etudes de Trento (2008); il a reçu les licences de l’Université des Etudes de Bari (2004), de l’Université Complutense de Madrid (2007), de l’Université Juive de Jérusalem (2008), de l’Université «L’Orientale» de Naples (2009), de La Sorbonne de Paris (2010), de l’Université de Oxford (2011), de la Alma Mater Studiorum de Bologna (2012).

Il est l’auteur de nombreux livres et publications. Il collabore aux revues Società (Société), dirigée par Ranuccio Bianchi Bandinelli, et (de 1954 à 1960) Cronache meridionali (Chroniques méridionales), en publiant de nombreux essais sur la question méridionale. En 1962, il publie son premier livre, Movimento operaio e industria di Stato (Mouvement ouvrier et industrie d’Etat), en se référant en particulier aux thèses de Pasquale Saraceno.

En 1975, il publie le livre «Intervista sul PCI» (Interview sur le PCI) avec Eric Hobsbawm, traduit dans plus de 10 pays.

L’ouvrage «In mezzo al guado» (Au milieu du gué), publié en 1979, évoque la période dite de la «solidarité démocratique» (1976 – 1979), durant laquelle il a été le porte-parole du PCI chargé des relations avec le gouvernement Andreotti sur les questions économiques et syndicales.

Publié en 1988, «Oltre i vecchi confini» (Au-delà des vieilles frontières) affronte les problématiques qui ont accompagné les années du dégel entre l’Est et l’Ouest, sous la présidence Reagan aux Etats-Unis et le leadership de Gorbatchev en URSS.

Dans son livre «Al di là del guado: la scelta riformista» (Au-delà du gué: le choix réformiste) sont recueillies ses interventions politiques de 1986 à 1990.

Son ouvrage «Europa e America dopo l’89» (L’Europe et l’Amérique après 1989), publié en 1992, recueille ses conférences aux Etats-Unis après la chute du mur de Berlin et des régimes communistes en Europe centrale et orientale.

«Dove va la Republica – una transizione incompiuta» (Où va la République – une transition inachevée) est publié en 1994. Conçu en partie sous forme de journal, ce livre est consacré aux années de la XIe législature, qu’il a vécue en sa qualité de Président de la Chambre des députés.

En 2002, au cœur de son engagement en tant que Président de la Commission des Affaires constitutionnelles du Parlement européen, il publie «Europa politica» (Europe politique).

Son livre «Dal PCI al socialismo europeo: un’autobiografia politica» (Du PCI au socialisme européen: une autobiographie politique) sort en 2005.

En 2009, il publie «Il patto che ci lega» (Le pacte qui nous lie), un recueil de discours qu’il a prononcés dans la première moitié de son mandat présidentiel.

En 2011 paraît «Una e indivisibile. Riflessioni sui 150 anni della nostra Italia» (Une et indivisible. Réflexions sur les 150 ans de notre Italie).

Avril 2012